top of page
  • Photo du rédacteurChristian

Etape 80: Arzua - Pedrouzo

Quelle joie de retrouver mes plus anciens compagnons de route. Marina et Jacques ! Mais oui, ce sont bien eux qui arrivent sur le chemin… je suis partis de bonne heure avec ma compère Rodica qui est passée me prendre à mon hôtel. Nous étions attablés à un des nombreux cafés qui jalonnent le parcours maintenant que nous approchons de Santiago. Rodica prenait son petit déjeuner, j’ai pu en prendre un avant de partir de l’hôtel. Et voilà mes deux amis qui m’aperçoivent et m’interpellent en faisant de grands signes. Retrouvailles, embrassades, ils se joignent à nous et nous entamons un rapide tour de nos aventures. Rodica nous laisse et reprend sa route. Après une petite collation prise et bien des mots échangés, nous reprenons le chemin pour cette avant dernière étape. Je m’attendais à les revoir, espérant que ce serait exactement comme cela, sur le chemin, comme la toute première fois. Un vrai moment de partage magique et spécifique du Camino !!

Sur le chemin, je reprends vite mes mauvaises habitudes… je vais trop vite. Après un court trajet en commun,je laisse mes amis et je m’envole vers la suite du parcours. Je dis je m’envole car, je ne sais si c’est cette rencontre qui m’a ragaillardi mais je ne sens plus trop ma jambe et avance plutôt bien. Bon, je boitille toujours mais pour le moment, je ne sens pas trop ma jambe. Profitons-en ! D’autant que je dois attraper un bus à Pedrouzo pour me conduire à mon hôtel de la nuit. Il est 9km au-delà du terme de cette étape et c’est bien trop loin pour ma jambe. Je ne souhaite pas en souffrir cette nuit et surtout demain grande fête de l’arrivée.

J’avance donc. Qu’entends-je ? Une musique très caractéristique, une Gaïta Galica qui sonne au loin… mes racines celtes ne font qu’un tour et je m’approche du café d’où provient cette musique. C’est bien un air de musique Galicienne qui provient d’un haut-parleur et je m’assoie pour profiter de ce moment de pure celtitude. Pas sûr que je ne sois pas le seul à apprécier mais quand bien même, il y en aura eu un ! Petite boisson au passage et je repars rapidement… mon bus !

Il y a de plus en plus de café sur le bord du chemin. Cette dernière partie est largement plus commerciale… il y a même des vendeurs de « tampons » à la sauvette qui pour une aumône libre, vous estampille le Crédentiale. Il faut savoir que les pèlerins ne faisant que les 100 derniers km du chemin, doivent présenter deux tampons par jours pour obtenir le "certificat de pèlerinage" des autorités compétentes à Santiago, on ne rigole pas avec ça ! Ceci explique cela ! Les marchands du temple aurait dit Jésus…

En même temps, business is business… le chaland est là et bien là. Il y a affluence sur le sentier ! Sans compter les vélos qui s’invitent à la fête, pas toujours très attentifs ni prévenants, limite dangereux parfois… Il faut de temps à autre râler un peu pour que le simple respect s’impose. Et puis il y a ceux, mais ça je ne le comprends pas du tout, qui fument sur le chemin… en marchant !! J’ai dû le crier bien fort « This is a non smooking Camino !! » car les deux personnes devant moi ont vite écrasé leur cigarette… non mais ! Qu’ils aillent s’arrêter à l’écart pour fumer, ceux-là !

Malgré ces petites sautes d'humeur, j’avance l’esprit guilleret, je chantonne, j’ai aussi la gorge nouée par l’émotion parfois en pensant à demain mais aussi à tout ce parcours depuis la maison… les yeux humides en me demandant encore ce que je dois déposer de moi sur ce Camino, ce pourquoi je suis venu, les réponses à mes interrogations du moment ou plus anciennes… Tout ce chemin n’est pas qu’un simple effort physique, il s’impose aussi à l’esprit, il impose aussi un aboutissement mais probablement pas celui qu’on a prédit, pas celui auquel on s’attendait. On aspire à des réponses, des solutions… dont on croit savoir les clés… mais dans ce cas, pourquoi ce chemin ? Et tout cela se termine demain !!

Aie !! Il va falloir tout recommencer, alors ?

Laissons la magie s’opérer, laissons la joie et la profonde émotion surgir comme par surprise et bouleverser mes certitudes. Je ressens depuis quelques temps ces dernières vaciller, je ressens depuis deux ou trois jours, une intense émotion intérieure remonter… parfois à me couper le souffle… Une révélation ? N’exagérons rien, le besoin de laisser quelque chose de moi ici… mais quoi ? Un poco de passéos …Va savoir Carlos !!

Attendons demain !

Et en attendant demain, je vous souhaite une bonne lecture…



55 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout

3 Comments


veronique.trolet
Jul 22, 2021

🤠 Superbe ambiance sur ce chemin arpenté depuis des siècles, tu arrives à St Jacques dans les temps BRAVO

Y a vraiment beaucoup de pèlerins et on a même l'impression qu'ils courent ? fini la tranquillité du début

Je te souhaite de bien profiter des festivités: cela va sûrement être divin. Très gros bisous du coeur 😉


Like

Jeannine Travers
Jeannine Travers
Jul 22, 2021

Alors, ça y es, tu y arrives! là où tout finit, là où tout commence et recommence.

Il n'y a sans doute pas de mot pour traduire ta joie, ton ressenti, ton allégresse en arrivant là où tu t'es donné l'envie d'aller. Aussi je ne ferai pas de commentaire, juste partager de loin tout ce qui va t'arriver demain et les jours suivants, Je te laisse à cette allégresse et dis et redis mon admiration pour ton chemin parcouru., et ces belles rencontres que tu as partagées avec nous. Un grand MERCI;

Like
Christian Trolet
Christian Trolet
Jul 22, 2021
Replying to

Merci à toi Jeanine !

Bises à tous les deux

Like
Post: Blog2 Post
bottom of page