top of page
  • Photo du rédacteurChristian

Etape 55: San Miguel de Meruelo - Santander

Hola… voilà une journée qui ne va pas me laisser un immense souvenir. Pas grand-chose à se mettre sous la dent. Pourtant, ça ne commençait pas trop mal avec le cadre bucolique de la campagne entre San Miguel et Güemes, avec le soleil qui se lève et réchauffe l’atmosphère, avec une route sympathique à défaut d’un chemin creux. La météo est encore clémente aujourd’hui. Il faut que j’en profite parce que demain, la pluie revient…

Güemes, c’est l’étape où tout le monde s’arrête. Pas moi, ça faisait une étape trop longue hier pour une toute courte aujourd’hui… j’ai équilibré et je ne m’en porte pas plus mal. Depuis hier, j’ai du mal à finir mes trajets. Les pieds martèlent le sol dur des routes asphaltées ou des trottoirs depuis plusieurs jours, ça fini par engourdir la plante des pieds et accentue la fatigue.

Donc aujourd’hui, après Güemes, j’ai rejoint une route plutôt passante et ne l’ai plus quitté jusqu’à Somo où j’ai pris le ferry pour rallier Santander. Une route sur laquelle j’ai retrouvé ma jeune française rebelle. Depuis Onton, où elle avait dormi dehors mais à l’abri près de l’église, elle a avancé. Elle fait de plus longues étapes que moi… Avec elle, j’ai fait la connaissance d’un autre pèlerin français de 73ans, qui a démarré son chemin à Bilbao. Il a l’air en forme mais prend toutefois une allure prudente pour pouvoir rallier Compostelle entier. Nous faisons un bout de chemin ensemble jusqu’au moment où nos choix de chemin, dont les options sont multiples ce matin, nous séparent. Je choisi une route plus directe, ils s’en vont vers la plage et le bord de mer. On devrait se retrouver à l’embarcadère pour prendre le Ferry qui nous mènera à Santander.

Alors là, je me retrouve seul sur ma route droite et longue, longue, … J’avance sur la piste cyclable à une allure d’escargot si j’en crois la route qui n’en finit pas… Après 5km de ce régime, je bifurque vers la droite pour entrer dans Somo. Je me dirige dans les ruelles de la ville et devant un bel édifice, rencontre une dame âgée et son fils. La discussion s’engage autour du Camino et je prends note des conseils que la dame, assez expérimentée sur le chemin, me prodigue.

Je reprends mon chemin pour enfin arriver à l’embarcadère juste avant l’arrivée du Ferry de midi. Je prends un ticket et prends place dans la file attendant pour embarquer. Aucun de mes camarades de pérégrination n’est encore arrivé. Ils n’auront pas celui-là, il leur faudra prendre un ferry suivant. La traversée est plaisante mais surtout reposante pour mes pieds qui n’en demandaient pas tant. Après presque 30 minutes et un arrêt intermédiaire, nous accostons au ponton de Santander. Tout le monde descend et je mets le cap sur la pension du jour. C’est un petit hôtel qui se trouve à l’autre bout de la ville. C’est toujours un peu de trajet en moins pour demain…

Voilà pour aujourd’hui, c’est assez court mais le trajet ne m’a pas vraiment inspiré !

Ce sera surement mieux demain.

Bonne lecture à tous et à demain !






26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


Post: Blog2 Post
bottom of page