top of page
  • Photo du rédacteurChristian

Etape 4: Langon - Guémené-Penfao

Dernière mise à jour : 10 mai 2021

Il sera dit qu'à chaque jour, une péripétie viendra alimenter la réserve de leçons à retenir...

Petite frayeur du matin: après un bon petit déjeuner pris seul car Patricia, ma logeuse est partie très tôt au travail, le boucle mes affaires et hop me voilà dehors en prenant soin de ne pas laisser entrer le chat qui grattait à la porte depuis un moment, montrant son museau au carreau pour voir si je l'entendais... Donc me voici dehors et comme convenu avec Patricia, je glisse les clés dans la boite aux lettres. Je démarre mon chemin en descendant la côte montée hier en arrivant. et arrivé en bas... je me découvre bizarrement les mains bien libres... MES BATTONS !!!

Derechef, je remonte la côte, et envoie rapidement un message pour voir si je ne pouvais pas récupérer les clés par un moyen ou un autre. De retour devant la boite aux lettres, je glisse un ou deux doigts par la fente et avec beaucoup de chance, je récupère les clés... petite suée qui m'apprendra à revérifier 3 fois avant de décoller que j'ai bien tout emporté et que je ne laisse rien trainer derrière moi...

Enfin, après cet épisode, me voilà lancé.

Je confirme, marcher sous le soleil c'est nettement mieux. D'abord c'est plus sec et puis pas besoin de ce truc orange qui me bouche la vue et me fait suer... quoique suer, c'est plutôt bien pour maigrir !!

Temps superbe, idéal pour marcher. Soleil, ciel bleu, quelques nuages pour masquer le soleil en alternance et petite brise fraiche pour ne pas avoir trop chaud.

Donc premier stop à Langon (j'ai dormi un peu avant le bourg, environ 3km). petite montée pour chauffer mes cuisses. Mais l'effort en vaut la peine: magnifiques église et petite chapelle que vous pouvez admirer dans la galerie. Témoignage de temps très anciens puisque la chapelle est bâtie sur des vestiges romains datant du 2ème siècle.

Je poursuis ma route en rejoignant le chemin de halage. Cette fois-ci encore j'ai bien failli faire des km pour rien mais j'ai eu la chance de vérifier ma route auprès d'une dame bien informée qui m'a déconseillé le chemin que je m'apprêtais à emprunter car un paysan avait bloqué l'accès à son terrain. J'ai donc opté pour une route dégagée qu'elle m'a indiqué.

Après quelques km sur le chemin, je rejoue Le Tour de Gaule d'Astérix & Obelix (je me vois bien en Obélix)... une "VOIE ROMAINE vraie de vraie, pas très longue, c'est un vestige. Mais savoir que il y a 2000 ans, ces pavés ont été foulés par des Gaulois, des romains, et surement plein d'autres peuplades, à pied, à cheval, en cariole,, ça laisse rêveur.

Poursuite de la rêverie sur le chemin de halage encore quelques km avant d'arriver à Beslé où le chemin jacquaire se divise. L'un part vers Redon en poursuivant sur le chemin de halage, l'autre bifurque dans les terres pour rallier Guémené-Penfao puis Marsac sur Don. C'est ce chemin que je suis. Bien triste de quitter le halage et ses bancs de bois installés toute les 1/2heures... ça rythmais mes pauses boisson. Et puis dès qu'on quitte les bords de la Villaine, fini le dénivelé zéro... donc ça monte et ça descend. Ho! pas beaucoup aujourd'hui, heureusement. Je traverse donc Beslé et ça commence par monter... je passe devant une charmante petite église.

Ensuite c'est une longue phase de balade sur des petites routes désertes à travers les champs, C'est d'ailleurs à ce moment que je décide la pause déjeuner. Il fau dire que le petit verger au bord de la route était tellement attirant que j'y ai étalé le tapis que V2ro m'a si gentiment donné avant de partir. Une merveille pour le pique-nique et surtout la sieste ensuite... les pieds à l'air en éventail, une petite demi-heure le temps de se refaire une petite santé, enfin surtout mes pieds. Car ce sont eux qui ont enduré aujourd'hui.

Après cette longue pause, comme les fleurs de mon jardin, non non je n'ai rien arrosé et n'ai pas pris racine, je suis vite parti car il me semblait que le temps se dégradait. mais en fait, il s'agissait d'une bourrasque de vent frais et assez vite, le soleil est réapparu.

Donc re-petite route à travers champs. Je ne vous dis pas combien j'ai été admiré par quantité de vaches. Ca m'a beaucoup flatté. Il faut dire que j'ai fier allure avec mon galurin flanqué de mes écussons, marquant le pas des coups répétés de mes bâtons sur le sol. En rythme, j'ai bien cru voir quelques vaches battre la cadence avec la tête pour m'encourager. Quel succès !!

En traversant un petit hameau, j'ai interpellé un brave homme qui jardinait pour remplir ma gourde vide et ainsi remplir mes obligations d'avaler au moins 3 litres d'eau par randonnée. Dixit ma douce Véro. Gentil le monsieur est parti remplir ma gourde et me l'a même ré-accroché au sac à dos. Eh! ça évite de descendre 13kg et de les remonter sur la mule...

A l'approche de Guémené-Penfao, n'ayant pas les yeux en face des trous, j'ai quelque peu hésité: 20m à droite, retour arrière, 30m à gauche, retour sur mes pas... jusqu'à ce que j'aperçoive l'entrée du chemin juste derrière le coin d'une maison. Lesson du premier jour retenue: il faut faire "un peu" confiance à son ami GPS. Il ne dit pas que des bêtises, même s'il n'arrête pas de me dire que j'ai quitté le chemin puis 5secondes plus tard que je suis à nouveau sur le chemin. Je le soupçonne de faire ça pour me tenir compagnie. Il doit s'ennuyer grave au fond de ma poche.

Bref après le coin de la maison, changement de décor. On passe à des allées en sous bois magnifique cocon pour une balade en solitaire. Parce que je dois bien dire que depuis le début, je ne croise pas beaucoup de marcheurs. Parfois quelques cyclistes mais pas beaucoup. Aujourd'hui juste une joggeuse du coté de Beslé... Mais bon dans quelques semaines, il risque d'y avoir embouteillages sur le chemin espagnol. Ce ne sera surement pas mieux.

J'arrive donc à Guémené-Penfao et je m'enquière aussitôt d'une épicerie pour le repas de demain midi. Alors y en a un qui a essayé de me refaire le coup du "Super-U tout près". Je lui ai dit non, j'ai déjà donné hier... on me la fait plus ! Z'avez pas aut( chose ? Du coup, il 'a orienté vers le centre ville. Ca c'était mieux parce que sur mon chemin.

En chemin, un petit cliché de la grande église, fermée elle aussi. Tout come la plupart des magasins? J'ai bien trouvé une épicerie fine mais pas ouverte avant 16h. Je me suis donc arrêté un moment sur un banc pour étancher une soif et vider un peu plus la gourde. L'idée m'a pris d'appeler la chambre d'hôtes pour voir si je pouvais diner sur place. Bien m'en a pris parce que ... non. Donc je me précipite chez le charcutier traiteur enfin ouvert et me ravitaille pour ce soir et demain.

Et hop, un dernier coup de rein pour atteindre le lieu de repos mérité. Mais bon sang que les derniers kilomètres sont longs. Je suis sûr que GPS me la joue à l'envers là... ça dure, ça dure, les jambes sont lourdes, les pieds pèsent des tonnes, le sac à dos, on dirait la hotte du père noël le 24 décembre chez les Trolet/Travers/Dalbergue...

A la sortie de la ville, un joli lavoir qui me semble dater un peu... pas vu de panneau descriptif.

Enfin arrivée dans une charmante ferme rénovée et aménagée en gite/Chambre d'hôtes. Je suis le seul hôte d'ailleurs.

Une bonne douche, un bon lit pour un repos salvateur.

A demain pour la suite du parcours...




46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


Post: Blog2 Post
bottom of page