top of page
  • Photo du rédacteurChristian

Etape 20: Laroquebrou - Boussac

Dernière mise à jour : 19 juin 2022

Comme je vous le disais hier, au vu des fortes chaleurs annoncées et de la longueur de l’étape passant par le GR, j’ai remanié le parcours en me focalisant sur la plus courte distance à parcourir de telle sorte que je puisse arriver à l’étape avant le début de l’après-midi.

Alors je sais, d’aucun diront que je commence à bien faire, à prendre des raccourcis, à ne pas suivre les routes officielles, … bla bla bla !! Moi je surveille mes pieds, mon genou et ma santé. Mon corps me dit que c’est raisonnable de faire plus court aujourd’hui, tant pis si c’est moins pittoresque et moins touristique que le GR.

D’ailleurs, il s’est trouvé un quidam sur le chemin, à Sirant, dévoué au GR qui a bien tenté de me dévier de mon chemin pour reprendre le GR… « non les braves gens n’aiment pas que … une autre route qu’eux ». J’espère qu’à l’instar de la chanson, je ne finirais pas au bout d’une corde…

Donc ce matin, j’avais mis le réveil pour ne pas rester dans un sommeil profond inhabituel mais qui après un arrêt de deux nuits fait souvent son effet retardateur. Donc le réveil sonne à 5h. Je me lève d’un bond. Enfin presque, je ne suis pas encore assez leste pour ça. Je file à la salle de bain pour me rafraichir et je prépare un rapide petit déjeuner : café, yaourt, pain, de quoi tenir la cadence dès les premières heures. Je boucle mon barda, m’habille, fais un rapide ménage, je n’ai pas vraiment eu le temps de salir.

Je sors avec le sac à dos, le reste de pain et la poubelle. Je m’approche de la rivière et lance le dernier quignon de pain dans l’eau pour les poissons. Je pense qu’ils seront ravis d’un peu de céréales de bon matin… Il y a surement des poissons car hier matin et encore tard le soir, j’ai vu plusieurs pécheurs qui taquinaient le gardon au bord de l’eau.

Je m’élance en direction du point de départ en bas du village que je dois traverser. Ce superbe château qui prône en haut du pic est majestueux. Il a du attirer mais aussi impressionner plus d’un routier au moyen âge.

Le démarrage se fait donc sur le macadam. J’y resterais jusqu’après Sirant, c’est-à-dire environ 10km. La première difficulté consiste à monter sur le plateau, Je suis dans la vallée sur les berges de la Cère et je monte, je monte pendant 5km. C’est en pente assez douce mais quand même pour commencer, ça met bien dans l’ambiance. Arrivé au sommet, une longue partie plate avec juste une petite descente puis remontée après que j’ai suivi les conseils de Carlita, me faisant passer par un petit détour à sa sauce.

Cela dit, je dois dire que je n’ai qu’à me louer des compétences de Carlita qui m’a conduit d’une voix de maitresse par des chemins des plus agréables une fois le bitume abandonné. Oui, parce que une fois Sirant passé et ma discussion avec le « chef GR », Carlita me fait tourner à droite vers le petit village de Lamativie et là, après à peine 500m, je bifurque dans un chemin creux que je quitterais que pour le rush final vers mon hébergement. Autant dire que je fut très content car je m’attendais à ne devoir faire que de la route.

La chaleur n’est venue qu’en fin de matinée alors que j’entamais les 5 derniers km. Une brise légère m’a accompagnée tout le long du chemin, ce qui fut fort agréable en particulier sur la fin du parcours. Il était temps que j’arrive, je me suis trouvé à sec d’eau. Les 3,5litres y sont passés. La dernière petite montée vers le hameau où je passe la nuit fut plutôt harassante, petits pas et arrêts fréquents de rigueur !

L’hébergement est confortable. Une ancienne ferme restaurée avec beaucoup de goût. Une grande chambre à la décoration simple et épurée mais très fonctionnelle, le tout donnant une impression de zenitude tout à fait de bon aloi. Les hôtes sont charmants et voyant mon état lamentablement déshydraté, s’empressent de me servir une grande cruche d’eau fraiche. Je m’assoie pour déguster… un verre, puis un second et encore un … la cruche y est passée. Ils me montrent ma chambre et je file sous la douche avant de m’allonger pour un long repos réparateur. Au moment de m’allonger, je ressens une forte douleur au genou… j’espère que cela passera avec la bonne sieste qui arrive.

Ce soir je mange avec mes hôtes et peut être deux autres randonneurs. Ce sera le temps de partager nos impressions réciproques et s’ils ont marché sur le GR, le moment de comparer…

Demain c’est dimanche. Il semble qu’il va faire encore chaud mais ce devrait être la fin de l’épisode. Il faut ensuite s’attendre à ce que Mister Poncho soit à la fête !! Nous verrons bien.

Bonne soirée à vous et à demain.


PS: Après cette rédaction faite dans l'après-midi, j'ai été convié à manger à la table de Tanya et Andy mes très gentils hôtes. Tanya avait concocté un repas gargantuesque. j'ai bien mangé pour 3 jours, sans pour autant que je n'ai le ventre lourd ni la digestion difficile. Non c'est bien la fièvre qui m'a gêné. Donc après ce bon repas au cours duquel nous avons bien discuté, Tanya a pris une photo de moi devant le perron de leur maison pour ses archives et je me suis vite dirigé vers mon lit. Je garderais le souvenir d'un couple bien sympathique et très accueillant. Assurément si je repasse dans la région, je reviendrais ici, "à l'Ombre du Tilleul".



12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


Post: Blog2 Post
bottom of page