top of page
  • Photo du rédacteurChristian

Etape 13: Chantonnay - St Laurent de la Salle

Il en est des étapes comme des boites de chocolats, on tire au hasard et paf ce n’est pas ce qu’on croyait gouter… Hier semblait presque trop facile et bien aujourd’hui , m’a semblé bien plus difficile. Pourtant c’était une étape raccourcie puisque mon accueil pèlerin se trouve sur le chemin quelques kilomètres avant l’étape prévue. Vous me direz, ce qui n’est pas fait aujourd’hui sera dû demain… ben oui.

Mais là, je pensais que ce serait super facile, les doigts dans le nez, enfin les pieds dans les pantoufles… raté ! D’abord, départ sous la pluie mais pas la petite pluie fine qu’on peut narguer sans son poncho, non, la pluie qui mouille même avec le poncho !!

Alors oui, on peut dire que le parcours m’a paru long. Peut-être aussi n’est-ce qu’une impression ressentie du fait de mon estimation d’un effort plus court dans le temps… Ce fut le cas, étape rapide puisque arrivée à 15h pour un départ à 8h sonnante. Néanmoins, je ne dirais pas que c’est ma préférée.

Le parcours commence sur le bitume de petites routes de campagne complètement déserte en ce matin de l’Ascension. Ce n’est pas encore l’heure de la messe… Donc déambulation véhémente sous la pluie pour avaler le plus de distance alors que mon énergie recomposée par une nuit pas très reposante soit dit en passant. Les crampes et tensions musculaires combinées à un lit un peu dur (je suis pourtant adepte) ne m’ont pas accordé un sommeil profond.

Je n’ai pas beaucoup photographié aujourd’hui, il faut dire que la pluie n’est pas propice à des arrêts contemplatifs. Quoique sans un certain charme… mais j’ai dû attendre une ou deux éclaircies pour déclencher l’appareil. Paysages très campagnards où la Vendée vallonnée éclate de verdure. En parlant de vallons, l’itinéraire m’a concocté quelques montées et descentes qui ont bien mis à l’épreuve mon rythme cardiaque. L’épreuve d’effort que ma Cardiologue souhaitait me voir pratiquer avant de partir… c’est là ! Dommage, il manque les capteurs pour l’analyse. Mais moi en guise de résultats, je puis vous assurer que les muscles des cuisses ont répondus présents… et ce soir, les crampes aussi !

Un arrêt après 2h30 de marche pour aérer les pieds et aussi parce que j’ai trouvé un arrêt de bus avec un banc intégré, car ce n’est pas toujours le cas. Drôle de concept que celui d’attendre le bus debout ! soit protégé mais debout… surtout en campagne, il faut surement parfois être patient...

Bref, remplissage de gourde en allant sonner à une porte dans ce petit hameau doté d’un arrêt de bus. Un gentil couple qui se réveillant, en était au petit déjeuner avec un mignon petit garçon pas plus réveillé d’ailleurs.

Je redémarre pour 1h30 de marche cette fois-ci avec une alternance de pluie fine, averse, soleil. Ça devient lassant de mettre et d’enlever le poncho. Je fini par abandonner et le garder. A l’approche de l’heure du casse-croute, j’avise un petit verger et me dis que s’il est ouvert, il fera un superbe coin pour une halte siestale. Yeap ! il est ouvert et donc je m’affale sur mon écossaise de table. Ho pas longtemps, un gros nuage gris foncé fonce sur moi. J’avais bien entamé mon sandwich gentiment préparé par mon hôtesse de la veille, mais là, j’ai dû regrouper tout mon barda autour de moi, replier la nappe sur moi et étaler le poncho par-dessus. Dommage pour le selfie, mais le tableau devait valoir son pesant de cacahuètes… Faut dire que je commence à avoir, là aussi, une certaine dextérité et rapidité dans l’exercice. Bon après la pomme coupée sous le poncho… essayez, vous verrez, ce n’est pas si simple… je remballe tout et me remet en état de marche.

Reprise de la marche pour changer de paysage et me revoilà dans les sous-bois. Alors les sous-bois sous la pluie, c’est bien dans un sens parce vous ne prenez pas toute l’eau de pluie sur le nez mais faut choisir sa flaque d’eau et faire attention à la boue… c’est que ça glisse ! Définitivement, ce n’est pas mon contexte de marche favori…

D’autant que j’ai rencontré le copain de Daniel. Mais à la différence de Daniel, je ne l’ai même pas vu. Dans un virage, pam ! un grand coup sur le front. Il a même laissé en plein milieu du passage, l’objet contondant qu’il a utilisé : un tronc d’arbre !!

Heureusement, toutes les limaces de la forêt se sont entendues pour me réconforter. Il faut dire qu’elles sont super nombreuses en ce moment… ça m’a redonné du tonus pour le dernier tronçon.

Bon après tout ce périple, j’ai un peu blouzé mon ami GPS, d’ailleurs il m’a un peu boudé parce qu’après m’avoir dit que je n’étais plus sur l’itinéraire, il ne m’a plus adressé la parole jusqu’à l’arrivée. Je me suis risqué à un petit raccourci au vu du grand détour qu’il me faisait faire juste pour aller me laisser m’embourber dans des sentiers boueux. Je suis donc resté pour les deux derniers kilomètres sur la petite route goudronnée, enfin route, disons chemin communal plus surement. Là je me suis fait dépasser par une voiture qui s’arrête à ma hauteur.

Lui : « Vous êtes Christian ? »

Moi : « Oui en personne. »

Lui : « Ah et bien on revient de prendre l’apéro chez des amis. On vous a laissé un sms mais surement que dans les bois vous ne l’avez pas reçu. »

Moi : « Ah ben non. »

Lui : « Vous êtes presque arrivé, c’est en haut de la côte, à droite après avoir traversé le hameau. C’est indiqué Accueil Pèlerins. »

Moi : « D’accord, et bien à tout de suite ! »

Et voilà, encore des qui habitent en haut d’une côte…

Très sympathique accueil pèlerin à la ferme. Le couple dans la soixantaine mais en fait c’est la maman de 84ans qui me reçoit. Elle le faisait depuis 25ans mais à son âge, a souhaité s’arrêter. Aussi ne le fait-elle que de manière occasionnelle lorsqu’un pèlerin comme moi ne trouve aucune autre solution.

Me voilà donc « à la maison »… Douche bien chaude … eh oui, une entorse à mes habitudes mais je découvre que c’est extrêmement doux de se réchauffer après une journée sous la pluie… pas chaude, vu la saison.

Petite sieste avant de rédiger ce blog. Ce soir repas familial et gros dodo avant la 14ème étape.

Bonne lecture à vous et à demain…




45 vues4 commentaires

Posts récents

Voir tout

4 Comments


jeannine.travers
May 13, 2021

Quelle journée "compliquée" tu as vécue, pendant que nous , nous étions bien à l'abri chez Dominique et Andrée avec la famille, Pendant l'orage qui a grondé nous avons tous eu une pensée pour toi sous la pluie ...

Nous ne te souhaitons qu'une chose pour demain: pas de crampes, pas de pluie, mais du soleil pour t'accompagner dans ta prochaine étape. Courage, courage .

Like
Christian
Christian
May 14, 2021
Replying to

Oui, j'ai bien pensé à vous et au BBQ... j'ai bu une gorgée d'eau à vot' santé... sous la pluie et sous mon poncho !! J'en ai bien rigolé. C'est incroyable comme on peut accepter des situations limites lorsqu'on n'a pas d'autre choix. J'espère que les petits ont bien profité des cousins/cousines. J'imagine que vous avez dorloté la jolie Youna !!

Like

simon Trolet
simon Trolet
May 13, 2021

Une épopée n'est pas tous les jours facile sinon ça n'en serait pas une mon papa, force à toi !

Reposes toi bien pour partir d'un pied avisé demain ! ❤️

Like
Christian
Christian
May 14, 2021
Replying to

Oui... "Si tu peux laisser tes pieds mener ton chemin et pleurer sans larmes,

Si tu peux manger sous la pluie seulement abrité d'un poncho de fortune,

Si de tes bâtons en cadence tu sais marquer le pas et sur ton dos porter ton paquetage,

Si tu sais railler tes innocentes découvertes de la nature par toi trop longtemps délaissée,

Si les vaches et les limaces, tes seuls admirateurs apaisent ton égo et font vibrer ton âme,

Alors, tu sera un pèlerin, mon Père !! "


Like
Post: Blog2 Post
bottom of page