top of page
  • Photo du rédacteurChristian

Etape 10: Cravant - Lac Sauvin

La nuit fut fraiche dans la roulotte. Ce n'est pas désagréable après ces journées particulièrement chaudes. J'ai bien apprécié de pouvoir dormir la fenêtre entrouverte. La douche froide et rapide pour me réveiller complètement, le soin des pieds avec le rituel de l'emballage des orteils... empaquetage du sac à dos, et me voilà prêt pour le petit déjeuner. Je l'ai demandé au plus tôt mais ce ne sera pas avant 7h15, la boulangerie n'ouvre pas avant 7h. Je suis donc attablé attendant mon petit déjeuner lorsque le propriétaire arrive. Il me sert une bonne collation. J'en profite pour garder un croissant et un fruit pour la route. Je prends la marche vers 8h. L'étape n'est pas très longue, à peine 20km, ça devrait tenir. D'autant que je trouve mes pieds dans un meilleur état maintenant que je n'ai plus d'ongle indélicat, ils sont tous tombés hormis les deux des petits orteils.

Je sors du village et à ce moment, croise un jeune pèlerin Allemand, aperçu la veille, alors que j'arrivais à Cravant. Il se déplace avec un vieux sac à dos modèle Scouts des années 50 et un mini vélo... attelage assez improbable mais qui lui permet de reposer son pied et sa cheville droite endolorie depuis plusieurs mois. On se souhaite bonne route et il disparait sur le chemin de hallage à la sortie du village. Je m'engage sur le même chemin.

Ce tronçon assez court, é à " km, laisse place à un chemin à travers champs puis assez rapidement à un sous-bois qui me rappelle les plus beaux moments de mon trajet de l'an passé. Ca change du tout au tout par rapport aux jours précédents.

Est-ce le paysage bucolique enchantant qui m'émeut au point que j'ai l'impression de ne plus ressentir de douleur au bout des pieds ?? Incroyable, je commence à me dire que finalement ça pourrait bien se soigner cette affaire là et peut-être pourrais-je continuer... Rien à voir aves les étapes des jours d'avant. Je commence vraiment à apprécier cette étape.

Ragaillardi, je me surprends à avancer au même rythme que celui de mes premiers jours l'an passés... trop rapide pour sûr mais ça me plait. Je lève la tête beaucoup plus souvent pour admirer le paysage. Quelques photos, je n'ai pas encore repris le pli de flasher à tout va...

La pause de midi est un vrai délice. Je déplie la couverture écossaise de Véro comme aux plus beaux temps, place le sac à mes pieds, déchausse et mets mes pieds à l'air... les doigts de pieds en éventail reposant sur le sac à dos, allongé sur un carré d'herbes épaisses, je déguste mon croissant et ma pomme. Et puis je me dis que j'ai le temps vu que j'ai couru jusque là à une allure inhabituelle. Alors je plonge pour une bonne sieste avant de reprendre pour les 8 derniers kilomètres de l'étape.

Ce dernier tronçon à travers une forêt de chasseurs... un panneau à l'entrée de ladite forêt averti avec force grandes lettres que le randonneur entre dans une zone de chasse... pour un peu ils auraient puy marquer "attention tir à balles réelles" ! Comme si ça les dédouanaient de leur maladresse récemment dramatiquement observée. Donc me voilà marchant dans ce territoire de tout les dangers criant tous les 10 pas "ATTENTION... PELERIN EN MARCHE... CHASSEURS NE TIREZ PAS !!!" Ca fait rire mais j'avoue que je n'en mène pas large... un coup est si vite arrivé ... Bon en même temps je n'entends rien, pas le moindre pétard aux alentours... Je finit par arriver à la cabane des chasseurs, vide... puis quelques centaines de mètres plus loin, l'orée de ce bois et j'aperçois le village de Cravant.

C'est un peu perdu comme patelin... il ressemble plutôt à un gros hameau. Par contre la structure qui m'héberge ce soir est immense. Un ensemble de bâtiments genre colonie de vacance à la campagne. D'ailleurs l'association qui gère cet établissement s'est spécialisée dans l'accueil de classes vertes. Ce soir d'ailleurs, un petit groupe de 98 enfants est prévu. J'en frémis par avance... quelle nuit ??

Le gérant m'accueille avec bonhommie, Il me montre ma chambre, deux lits mais je suis seul dans cette aile du bâtiment. La salle de bain est juste à coté. Impeccable !

Le diner est servi à 19h dans un autre bâtiment un peu plus loin dans la rue. C'est vraiment gigantesque cet ensemble... Après une bonne sieste, je m'y rends pour un bon repas chaud et très copieux. Je n'ai pas réussi à tout manger. Par contre, les enfants dans la salle à manger à coté, ils sont bien là... imaginez 98 petit loulou en classe verte... ça fait du bruit !

Je m'en vais donc vers ma chambre et me couche en espérant une très longue nuit calme ...

A demain pour la dernière étape !






6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2 Post
bottom of page