top of page
  • Photo du rédacteurChristian

Epilogue 2: Fistera

C'est un bonus dans le chemin de Compostelle. La visite de Fistera, le bout du monde... le kilomètre Zéro du chemin. Des milliers de pèlerins viennent y terminer leur Chemin de Saint Jacques après avoir visité la tombe de l’Apôtre dans la ville de Compostelle. Là, selon la tradition, les pèlerins doivent brûler leurs vêtements, se baigner dans la mer, prendre la coquille Saint-Jacques et retourner dans leur ville natale comme « des hommes nouveaux ». Je ne me suis pas baigné, n'ai rien brulé, j'ai bien pris ma coquille Saint-Jacques et m'en vais vers ma maison le coeur et la tête remplis de belles et nouvelles énergies que m'a donné le Camino...


Belle journée ? Pas sûr en tout cas au départ de Compostelle. Je récupère la voiture de location vers 10h à la gare après avoir posté une batterie de cartes postales de remerciement pour toutes les personnes qui m'ont gentiment hébergé durant mon parcours. Je prends la route, la route des voitures cette fois-ci, sous la pluie en direction de Fistera et de la côte. A mesure que la mer se rapproche, le temps s'éclairci, les nuages s'estompent et le bleu prend tout l'espace du ciel. Le soleil éclatant rayonne en seigneur et le paysage devient exceptionnel.

J'arrive à Fistera après un peu plus d'une heure de route et là je reste coi d'une telle beauté. La mer semble recouverte d'une couette de coton. La brume caresse les flots. Là encore, c'est magique. Le bout du monde est là devant mes yeux. Un phare planté sur une avancée rocheuse qui perfore la mer. Et l'immensité de la mer bleue qui se confond avec le ciel... Un décor de carte postale. Je reste ébahi devant ce paysage.

Je me décide à bouger et à avancer jusqu'au phare. Je m'arrête devant la borne jacquaire du kilomètre Zéro. Vais prendre ma coquille Saint-Jacques afin de l'accrocher à mon sac à dos dès ce soir en rentrant à l'hôtel et vais m'asseoir face à la mer en me remémorant les différentes étapes de mon parcours ainsi que les moments plus particuliers qui m'on marqués.

Après une bonne heure de méditation, je me décide à sortir de ma retraite intérieure et me dirige vers le restaurant que j'ai aperçu en arrivant. Je m'arrête au son d'un Gaïta Galicienne qu'un joueur a sorti pour sonner face à la mer. Le frisson me prend les deux bras et bientôt tout le corps. La fibre Celtique vibre, vibre au son de cet instrument. J'immortalise cet instant dans mon esprit et aussi en vidéo.

Après ce frisson musical, je m'en vais me sustenter car le petit déjeuner me semble bien lointain. Petit restaurant, tapas dégustés face à la mer, moment de pur bonheur que je déguste car la fin du voyage est là. Demain c'est le retour à la maison après trois mois de pérégrination sur des chemins si chargés.

Je rentre transformé par ce périple et par ce que le Camino m'a apporté. Du chant des oiseaux aux magnifiques paysages, des accueils de mes hôtes aux rencontres fabuleuses, tout ce que j'ai vécu durant ces trois mois me marquera à tout jamais !

J'appartiens au Camino... et je reviendrais parcourir le chemin à la recherche des signes jaunes qui me donneront la direction de Saint Jacques. Voie de Tour, Voie du Puys, Voie du Littoral, Camino Francès, Camino del Norte, Camino Primitivo... quelque soit le chemin, je reviendrais me ressourcer à la magie du Camino !!

Buen Camino...





58 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2 Post
bottom of page